1 - DECOUVERTE DE MON CANCER DU SEIN

Publié le par Christelle

 cancer sein1DECEMBRE 2009 -

J'ai une vie trépidante, j'ai toujours eu une vie trépidante ! Avant ce fichu mois de décembre 2009, je ne l'avais jamais remarqué. Je m'appelle Christelle. Je suis née le 17 janvier 1974. Je suis agent immobilier, je suis à mon compte et j'ai un cancer du sein. 

Ce soir, samedi 05 décembre 2009 on dîne chez Fabien* et Elza. Génial, après une semaine de boulot bien remplie on va faire un peu la fête et surtout bien rigoler. Le "on" , mon mari et moi. Nous travaillons ensemble et on adore ça. Bref, la soirée se déroule à merveille, quelques verres, de nombreux fous rire...des larmes coulent sur nos joues tellement nous rions. Ah quelle bonne soirée ! Nous rentrons nous coucher tard dans la nuit en invitant Fabien* à venir partager une partie de golf le lendemain.

Réveil aux aurores, préparation de sandwichs pour déjeuner tout en jouant ... Mon  mari et moi sommes passionnés de golf ! Excellente journée malgré le froid de ce mois de décembre.

17h00 : La nuit tombe. Nous rentrons nous détendre à la maison car nous sommes tous fatigués après ce programme de festivités.

Pour me réchauffer, je me fais couler un bon bain rempli de mes huiles préférées, je savoure ce moment en me déshabillant. Mon mari va prendre sa douche près de moi et nous parlons de golf le cœur léger. Et là tout bascule, mon tee-shirt tombe au sol, ma main droite repasse encore et encore sur cette petite boule logée dans mon sein gauche. Mon regard s'assombrit et la première chose que je prononce est "Chéri, on va avoir des emmerdes"

 

Cancer.jpg Cette boule m'ennuie, elle n'était pas là hier, j'ai l'habitude de me crémer le corps tous les jours, mais non elle n'était pas là... alors pourquoi roule-t-elle sous mes doigts ? Mon mari me rassure, ce n'est rien, tu as 35 ans voyons ! Pourtant à partir du premier instant j'ai su. Je ne saurai- jamais expliquer pourquoi j'ai su mais j'ai su. Je prends RV avec mon gynécologue que je vois régulièrement. Un RV en urgence. Ouf il me reçoit demain, mardi matin. Je n'arrête pas de caresser cette boule, on dirait une bille, une grosse bille en haut phase externe de mon sein.

J'entre dans le cabinet du DR XXX. La salle d'attente est remplie de photos de nourrissons, de brochures diverses, un rideau sépare cette salle d'attente en 2 pièces et cache sans doute des archives ou autres. Je n'ai jamais été tentée de regarder derrière, quelle drôle d'idée. Je m'y suis toujours rendue légère comme l'air, je prends la pilule, suis surveillée régulièrement mais là ce sera différent. Je lui dis de regarder immédiatement mon sein. Il palpe, encore, l'autre ensuite, il revient.

Il me parle :

-"Ecoute, je suis sûr que ce n'est rien, pour te rassurer je te prescris une mammo et  une écho. Et tu m'emmerdes, ne stresse pas ! - il parle comme ça mais il est super sympa, il fait "ours" mais il est bien, cependant je ne suis pas rassurée du tout."

cancer sein3

Vendredi 16h00. La radiologue fait la mammo, une fois, deux fois les clichés ne sont pas bien lisibles ?!?! Il faut contrôler avec l'écho.

Pendant l'examen, je l'interpelle : "C'est ça?"

La radiologue m'explique que les contours ne sont pas nets, c'est suspicieux on ne peut pas être certain... je lui demande ne de plus parler. STOP! je veux du silence, je le savais. Mon mari m'attend dans la salle d'attente, il est inquiet lui qui est toujours tranquille, serein. Il est sombre. Je pressentais tellement ce verdict que j'ai souhaité qu'il m'accompagne. La radiologue appelle mon gynéco qui nous recevra le lendemain en urgence.

Je crois que c'est là que j'ai fini par basculer de l'autre côté du miroir de ma vie,  toujours ma vie mais différente, toujours présente mais absorbée par un vide énorme rempli de sillons qui plongent encore plus bas. Je regarde mon mari.

-"Chéri, je ne peux pas conduire ma voiture, laissons-là et ramène moi à la maison." Inconsciemment, je lui demandais de m'emmener loin de cette vérité. Je m'assieds dans la voiture ...classement ACR4 - micro calcifications... vite mon iphone... connexion internet mes doigts stressés tapent "ACR4" est à chaque fois le mot CANCER y est associé. Je le savais.

 

J'AI UN CANCER.

 

Le trajet a duré 15 minutes pendant lesquelles j'ai pensé à mes cheveux puis à ma mort, à mes parents, à mon mari, à mon travail puis à nouveau mes cheveux, la chimio... la mort, mes parents, mon mari etc... des pensées toutes serties d'angoisse et de peur.

En quelques minutes, tout a basculé mais il faut encore que je l'annonce à mes parents, à ma mère. J'ai une relation fusionnelle avec elle, elle va tant souffrir. Je réfléchis à toutes les solutions pour lui cacher mais comment cacher ce qui m'attend ? 

-"Allo, Maman, c'est moi. Ecoute, je dois te parler mais je préfère que tu prennes une chaise. c' est important. - je t'écoute ma chérie - Voilà j'ai découvert une petite boule sur mon sein gauche et j'ai fait une écho. Le verdict est mauvais. Je rencontre en urgence le gynéco demain matin. Sois forte Maman."

Je tremble, elle aussi. Et Pourtant elle sera forte, courageuse et protectrice. Nous échangeons quelques mots puis nous raccrochons, il faut qu'elle "digère" mes paroles. Je sais que le plus dur dans toute cette épreuve sera pour ma Maman mais comment la protéger?

Je regarde mon mari et je me sens perdue. Ce soir là, on s'est installé devant la TV mais nous ne savons pas ce que nous avons regardé ... on faisait connaissance avec ce qui m'arrivait.

 Samedi matin. Nous sommes, mon mari et moi, dans la salle d'attente du DR XXX. J'ai insisté pour que ma mère ne m'accompagne pas... Lui, le DR XXX, qui est toujours guilleret me demande mes clichés et va les étudier - SEUL - dans son bureau. Je vous passe les détails de la salle d'attente... photos de nourrissons, revues diverses....

Enfin il nous appelle !!!

- "Je sais ce que c'est Docteur, mais est-ce très grave?

- Ecoutez Madame, (c'est rare qu'il dise cela car ordinairement il me tutoie), c'est un nodule qu'il faut retirer... et analyser. Même si c'est "ça", tu  -il me tutoie à nouveau - seras bonne pour une séance de radiothérapie ! Et voilà, tiens, je t'adresse à mon copain chirurgien, à la clinique juste à côté...

- Au revoir, Madame."

(...) en refermant la porte d'entrée, je l'entends dire à mon mari de façon "discrète" : Vous allez devoir être fort, Monsieur !

 

masque

Quelques instants plus tard, je fais connaissance avec le DR R, Chirurgien. Il me reçoit lui aussi en urgence, encore vêtu de sa tenue du bloc opératoire. Nous sommes assis face à lui, dans un bureau impersonnel et pourtant, cette pièce est agréable, claire, presque gaie. Le DR. R. me regarde et nous explique :

- "Il ne faut pas rester avec cette boule, ce nodule longtemps.

- C'est grave?

- C'est sans doute cancéreux mais j'ai besoin d'opérer pour confirmer et surtout d'analyser.

Une fois opérée, je vous dirai si c'est noir ou blanc, une fois les analyses faites, je vous dirai de quel gris il s'agit."

Sa voix est posée, chaleureuse, son regard franc et limpide. Depuis le début de cette aventure, c'est la première fois qu'on me regarde, que l'on comprend mon angoisse, notre stress. Le DR. R. me sourit.  Je me sens un peu mieux. Ce médecin a employé des mots simples et vrais sans fuir l'annonce du cancer. Il m'a expliqué que j'étais jeune, et qu'à mon âge on n'hésite pas... le traitement est lourd : Chimiothérapie, Radiothérapie, Hormonothérapie. Les 3 traitements ou les 2. Mais pour le moment, il faut retirer le nodule. Le Rv est pris, dans 8 jours il me retire ma bille.

Il m'adresse au DR.B, ANESTHESITE. Une femme très gentille, douce et énergique. Elle a des mots rassurants. Moi je suis "démontée"... je ne vais plus dormir du tout : déjà qu'avant je ne dormais pas beaucoup là, il faut gérer les évènements. Elle me prescrit des petites pilules pour éviter les bouffées d'angoisse !  allez on se quitte car je dois travailler.

Au bureau, ce jour là, je n'ai rien fait. On a beaucoup discuté avec mon  Chéri. Lui est confiant depuis qu'il a vu le chirurgien. Il me rassure et commence à me booster. OK c'est ça, mais on va se battre. Allez le poing levé il me dit haut et fort, ON RELEVE LE DUEL ! ON PART AU COMBAT.

cancer sein

Malgré ma rencontre avec le chirurgien, je reste très fragile. Il y a une semaine entre maintenant et l'opération. Mon monde s'écroule, mes croyances s'envolent. Personne ne peut me comprendre et je ne veux pas qu'on me plaigne. D'ailleurs je décide de le cacher à presque tout le monde. J'ai fait une sélection draconienne. Untel oui, Untel non.

LA SEMAINE, je dédies un titre à cette fichue semaine d'attente jusqu'à l'opération. A beaucoup parler avec ma Maman et mon mari.  Je pleure souvent. Beaucoup même.  Je suis loin de savoir vraiment ce qui va se passer, j'ai vraiment peur. La méconnaissance du sujet me donne des angoisses énormes, des réveils en sursaut la nuit malgré mes petites pilules. Des doutes. J'ai décidé de ne pas faire de recherches sur le cancer du sein. Les seules fois où je m'y suis avancée j'ai été terrorisée !  Du coup, Terminé GOOGLE : CANCER DU SEIN, TRAITEMENT CANCER DU SEIN, VIVRE AVEC SON CANCER etc.... Je n'ai rien de vaillant à ne pas lire, j'ai surtout peur de lire. L'ignorance, voilà je fais ce choix pour le moment. Je n'écouterai que mon très proche entourage et les médecins. Quel Courage mais finalement, avec le recul je suis sure que c'est mieux. Ne pas devancer les évènements; au jour le jour, pas après pas.

DIMANCHE.

Nous sommes dimanche. C'est aujourd'hui que j'entre à la clinique du DR.R. Je vais prendre un bon bain. J'ai rempli la moitié de la baignoire de mes larmes. De 12h00 à 15h00 je pleure. Maintenant j'ai en plus une tête de déterrée !! les yeux bouffis. Ma valise est prête : un pyjama tout neuf, soyeux comme je les aime, mon i-phone, et surtout la photo de mon mari, de ma Maman, de mon Papa, de ma soeur et de ma belle fille - le tout sous une petite pochette plastique qui ne me quittera pas, et mes pilules.

Ma chambre est claire, la salle de bains digne du Formule 1@ et conformément à mes désirs, elle est individuelle.

  images

 

ruban rose

ruban rose

Publié dans cancer du sein

Commenter cet article

Ninette 12/09/2017 16:01

Bonjour je c est que votre post est vieux mais moi aussi j ai un soucis j ai 25 ans j avais mal sous l aisselle un glanglion on m envoi passer une mammo car famille a risque resultat la mammo est pas bonne alors echo pas bonne classée acr4 donc on m envoi passer un irm pas bon et maintenant on ma envoyer faire une biopsie je suis dans l attente de mes resultat je ne c est pas quoi pensée on ne ma rien expliquer ni dit et depuis ma biopsie j ai le mammelon marron foncer et plat au lieux d etre comme l autre rose et lever je suis completement depasser par tous sa ! Pouvez vous me dire a quoi je dois m attendre svp

menard 25/11/2016 19:56

J'ai lu votre commentaire avec intérêt, car on m'a annoncé lundi il y a 4 jour que j'avais un cancer du sein. J'ai été surprise de ma réaction sereine et confiante, mais aujourd'hui je suis anéantie et j'ai peur. Heureusement j'ai RV lundi au centre René Huguenin et j'espère surtout avoir des réponses à mes questions, car les résultats de la biopsie son illisible pour moi. Pour ma part je n'avais rien d'anormal extérieurement car ce nodule est très profond. Voila cela fait du bien d'écrire.

Michèle 23/11/2015 15:36

Bonjour Christelle.
Permier blog sur le sujet, alors je me lance. Je lis et ...
La "petite boule" ne m'avait jamais fait peur : spécialiste des yoyos en matière d'hormones, j'ai traîné des nodules dans mes seins depuis la puberté donc quand ma gynéco m'annonce, il y a deux ans, "11 nodules à droite et 7 à gauche", je ne suis pas plus inquiète que ça et la mammographie passe comme une lettre à la poste !
Tellement que je ne prends même pas la peine d'aller la voir pour les résultats, je les dépose à son cabinet et je l'appelle pour qu'elle me confirme que tout va bien.
Mais...
Aujourd'hui, j'ai passé une autre mammographie, parce que ça se fait, parce que je respecte 'en bonne militante !) toutes les recommandations pour toutes les préventions, parce que maintenant j'ai 48 ans et surtout... parce que cette fois-ci, la boule est plus grosse que d'habitude, elle ne bouge pas de place, elle est "insistante" et j'ai un sale pressentiment.
Rendez-vous mercredi à 17 h pour retirer les résultats... Je crois que cette fois, je m'assierai gentiment dans la salle d'attente et je ne ferai pas la fière.
Tout le film m'est déjà passé devant les yeux, ma mère, malade d'un sale "crabe" aussi, à qui je ne le dirais pas, mes fils, à qui je ne dirais rien non plus, ma soeur de lait qui a traversé son expérience de 7 ans avec un crabe et qui est en rémission depuis un an, peut être... Mais je ne veux pas l'inquiéter, alors j'hésite. Mon compagnon... Pas dans un premier temps... Peut être après. Quand je serais sûre (je ne sais pas comment...!!!) qu'il ne verra pas Michèle-maladie mais toujours Michèle-ma bombe. On verra !
En attendant, je viens me soulager de mon angoisse ici ! Pas de chance : c'est tombé sur vous.
Merci pour votre blog.
Michèle

Christelle 24/11/2015 19:15

Bonsoir Michèle,

Cette petite boule!!!!! Je sais quelle angoisse elle peut soudainement générer.

Résultat demain, donc! Jusque là, un espoir demeure que cela soit bénin et je vous le souhaite de tout cœur.
Mais, si hélàs, ce sale crabe est venu, comme nous toutes, vous lui ferez face.
L'épreuve est terrible pour nous, pour nos proches.

Si toutefois c'est une tumeur maligne, vous ne serez pas malade tout le temps et vous pourrez encore être la bombe que votre mari aime. Les traitements ont réellement progressé, les effets secondaires sont mieux maitrisés. Et les artifices nombreux pour pallier le coté physique.
Mais, nous vous n'en n'êtes pas là. restez confiante!

Quant au "pas de chance, c'est tombé sur vous"... ce blog a été réalisé afin de venir en aide et réconforter les femmes confrontées a cette maladie. C'est un blog porteur d'espoir. Donc, s'il a pu vous aider, juste un peu, c'est bien.

Et puis, n'hésitez pas à partager, avec votre sœur de lait, peut-être... Bénin ou malin, ce souci se vivra mieux entouré d'affection.

Bon courage!

Ce serait gentil de me tenir au courant.

Bise

Annaelle 17/06/2014 08:52

bonjour j'ai lue votre histoire elle touche vraiment j'ai moi même découvert une petite boulle au dessus du sein gauche près de l'aisselle sa me fait très peur en lisant tous se qu'il Ya sur internet je n'ai que 21ans après cela PE être aussi un kyste rien de bien méchant j'ai peur de consulté mon médecin peur de savoir le verdict je pense a tous ma famille et surtout ma fille de 5ans comment réagir a sa je ne sait pas je m'inquiète peut être un peu trop mais je ne sait pas trop quoi faire a par allé voir mon médecin je vous souhaite un bon courage :)

Christelle 17/06/2014 11:47

Bonjour Annaelle,
Je comprends votre angoisse face a cette petite boule près de l aisselle. Mais il y peut y avoir beaucoup de causes pour cela et pas forcément graves. Il faut, cependant, être prudent et consulter. Mais gardez bien a l esprit que vous êtes bien jeune, que les problèmes de mastoses sont fréquents et bénins. Ne lisez pas trop internet, vous n y trouverez pas votre réponse. Voyez votre médecin qui sera le plus a même de vous rassurer. Bon courage et une bise.

kurtz natahlie 13/11/2013 04:15


Bonsoir Christelle,


Je m'appelle Nath et j'ai 42 ans , pour moi tout à basculer un dimanche soir, le 29 juin 2013. Une boule apparue sur le haut du sein gauche, une putain de boule qui roule et qu'on sait que c'est
le début des "emmerdes" qui arrivent !!


Même parcours, même combat avec certaines variants sur les effets de nos chers "amis-poisons" comme je les appelle. 3 FEC (1er et 3ème rien, mais 2nd horrible !), puis l'arrivé de notre cher
Taxo, et là une réaction allergique violente au produit. Aujourd'hui, mon dr House à moi m'a changé la molécule car trop toxique pour moi et du coups je me retrouve avec 6 autres séances (1 par
semaine) !!! cool !!! mais bon, je vais tout de même les finir normalement avant Noël !!!


Ensuite 30 séances de rayons , puis repos pendant 6 mois et j'ai demandé l'ablation des 2 seins et reconstruction.


Moi j'ai 3 ados et pour dédramatiser la situation, je leur ai dit qu'ils auraient une maman en 3 étapes : RAMBO avec ses coutures de partout, puis KOJAK (alors évidemment ils ne savaient pas qui
c'était, du coups l'un de mes fils m'appelle BARTHEZ) et puis dans quelques mois je leur ai dit qu'ils auraient PAMELAS ANDERSON à la maison !!!!


Je plaisante, mais quoi, on ne va tout de même pas arréter de vivre !!! Et je ne donnerais pas satisfaction au "crabe" !!!


Alors je te dis un grand merci pour ce blog, car je me sentais un peu extraterrestre dans ma façon d'appréhender la maladie (avec le moral, la pêche et la dérision).


Je comptais faire moi aussi cette cure à LA ROCHE POSAY et tu m'a conforté dans ce choix.


Ton témoignage montre que l'on peut rester positif, même en ayant de gros passages à vide.


 


Encore UN GRAND MERCI.


Nath

Christelle 13/11/2013 22:18



Bonsoir Nath!


Une histoire semblable, c'est vrai. Un parcours difficile mais que l'on surmonte et, surtout, garder l'énergie pour nous, pour les nôtres.


Bien sûr il faut absolument continuer de vivre et faire le maximum, le "crabe"n'aime pas la bonne humeur.


La Roche Posay m'a aidée, rêposée et, surtout, la cicatrice de mon opération, ma peau déshydratée, ont bien apprécié les soins.


J'admire ta façon de présenter cette parenthèse de vie à tes ados. Ce n'est pas facile pour eux et ton moral, ton énergie sont une force. Quel courage, également, de demander l'abblation des
deux seins.


J'espère que tu supporteras bien la suite de ton traitement. La radiothérapie fatigue car 30 séances, c'est long. Cependant, les effets secondaires sont moindres.


Je serais contente d'avoir de tes nouvelles, si tu le veux bien.


J'ai repris le travail, traitement anti-hormonal et tout va bien.


Merci pour ce gentil message, Nath.


Bon courage! bisou!